Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 14:21

Enquête publique pour l’extension de la production de pesticides de SYNGENTA :

La Mairie de Saint Aubin sur Gaillon vient d’adresser à chaque foyer une copie de l’arrêté préfectoral annonçant une enquête publique, prévue du 16 mai au 16 juin 2009, relative à une demande d’accroissement de la production de pesticides de la société Syngenta, implantée à Saint Pierre la Garenne, classée Seveso II, et dont le PPRT touche onze communes dont la nôtre.

Je salue cette démarche de notre maire qui permet à chaque famille d’être informé directement, à domicile, au lieu d’avoir à aller consulter les panneaux d’affichages communaux. Nous savons bien que peu de citoyens le font et que c’est une façon assez commode, pour les porteurs de projets et les autorités complaisantes, de « faire passer » les dossiers difficiles sans trop encourir de risques…. Je ne peux qu’espérer que les maires des dix autres communes concernées entreprennent la même action auprès de leurs populations respectives.

Je remarque, avec soulagement que, contrairement à l’enquête publique Duhamel l’an dernier,  le commissaire enquêteur a prévu trois samedi pour recevoir le public en mairie de Saint Pierre la Garenne. Cela devrait permettre à ceux qui travaillent de pouvoir participer à l’enquête si l’information leur est bien parvenue comme je le signale ci-dessus. Je déplore toutefois que le commissaire enquêteur n’ait pas appliqué le décret 85-453 du 23/04/85 modifié art.15 qui, non obligatoire, stipule, cependant, que « pendant la durée de l’enquête, les appréciations, suggestions, et contre propositions du public peuvent être consignés sur le registre d’enquête tenu à leur disposition dans chaque lieu où est déposé un dossier ». Autrement dit : un dossier aurait pu être mis à disposition du public dans chaque mairie concernée au lieu d’obliger tout le monde à se rendre à St Pierre la Garenne, ce qui, inévitablement, en éliminera un certain nombre.

J’exhorte chacun  à  se sentir concerné par une extension d’une production de pesticides à proximité de son lieu de vie et d’être attentif à toutes les informations qui seront mises bientôt à sa disposition à ce sujet. Je demande, enfin, que soit prévue, d’emblée,  une réunion d’information pour que les citoyens puissent s’exprimer et poser leurs questions à l’industriel ainsi qu’aux autorités.

Les risques d’un tel développement de production dans le contexte actuel :

Le contexte économique global, et local, est particulièrement préoccupant. Deux entreprises SEVESO II ont engagés des plans sociaux : Avebene Ashland et Nupharm.  Un moratoire, demandé par le président de la CCEMS à la préfecture de l’Eure, au nom de la sauvegarde de l’emploi (pour combien de temps ?), a été accordé à l’entreprise et va la dispenser de réaliser, avant fin 2010,  les travaux que la loi l’obligeait d’engager pour protéger les populations et l’environnement.

Je ne polémiquerai pas sur ce sujet mais je ferai remarquer que les engagements des industriels,  lorsqu’ils entendent s’implanter ou se développer, ne font que s’inscrire dans le cadre des lois. Ils ne font rien de plus que s’y conformer. On s’appuie donc sur celles-ci, et sur un arsenal de mesures de sécurité prises et contrôlées  pour les rendre tolérables. Cela signifie que les populations sont en droit de s’attendre au respect, et c’est le minimum,  des dispositions devant assurer leur santé et la préservation de leur environnement. Tout moratoire, quelque puisse en être le motif, et qu’on le veuille ou non, est une entorse aux engagements pris envers les populations concernées.

Il était donc à craindre, et c’est maintenant chose faite, que le précédent du moratoire Alphacan suscite des convoitises chez d’autres : « pourquoi pas moi ? » se disent certains et ils le font savoir avec cynisme. Qu’on en juge : Monsieur Yann Lagadeuc, directeur de l’usine  Syngenta, déplorait dans l’Impartial du 30 avril 2009 que beaucoup d’investissements étaient dus aux contraintes réglementaires liés aux sites Seveso et précisait : « …. Je souhaite que les services de l’Etat appliquent en 2009 et 2010 un moratoire sur les nouvelles règlementations ….ceci bien sûr sans compromettre en aucune manière la prévention des risques et dangers inhérents à nos activité »

Cela ne vous rappelle rien ?.... et comment ne nuit on pas en prévoyant de s’affranchi des règles de sécurité ?

Nous verrons dans le dossier d’enquête le nombre d’emplois que devrait générer le développement attendu des productions pesticides, mais beaucoup risquent d’être déçus….. N’oublions pas que les promesses n’engagent que ceux qui les croient.

Lorsque l’on s’appelle Syngenta, l’un des plus grands fabricants de pesticides d’Europe, il ne faut pas manquer d’aplomb (ou  avoir reçu des assurances…) pour demander un moratoire sur les règlementations en jouant sur le chantage à l’emploi ! Et ceci quelques jours avant la tenue de l’enquête publique qui, s’appuyant sur des textes que l’entreprise annonce clairement ne pas vouloir respecter, entend rassurer les citoyens sur la sécurité des installations !   De tout ceci nous en reparlerons un peu plus tard et en détail.

Dernier point : Le président de la communauté de communes Eure Madrie Seine qui participait à Bouafles à la réunion publique du 26 mars 2009 des opposants au projet VBC 3000 (entreprise se proposant de valoriser les boues de stations d’épuration) a appelé, à cette occasion, les habitants à se « rassembler en collectif »pour mieux se défendre. Nous espérons, par conséquent, qu’il fera preuve d’autant de volontarisme pour se tenir aux côtés des citoyens menacés et, même, puisque sa commune est touchée par le  PPRT de Syngenta, de s’inscrire ainsi que ses collègues de la CCEMS, au collectif qui ne manquera pas de voir le jour.


Serge 
Grünberg 

Sur son blog :  http://blogsperso.orange.fr/web/jsp/blog.jsp?blogID=534473

Repost 0
Published by Gaëtan Bazire et Florence Breton - dans Vie municipale de St Aubin sur Gaillon
commenter cet article
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 10:22

Monsieur le Préfet de l’Eure a souhaité me rencontrer le mercredi 27 août 2008 à 10H. Gaëtan Bazire de Génération Ecologie m’a accompagné.

Nous avons exposé à Monsieur le Préfet les raisons qui nous ont conduits à nous opposer au projet d’implantation de la base logistique Duhamel sur la zone d’activités des Champs Chouette à St Aubin sur Gaillon. Nous ne les rappellerons pas ici car elles sont connues et ont déjà donné lieu à un certain nombre d’articles de presse.  Nous avons cependant insisté sur le fait que les industriels déjà installés sur la ZAC refusaient le voisinage que l’on voulait leur imposer et avaient rejoint notre combat.

Nous avons assuré Monsieur le Préfet que nous n’étions pas systématiquement opposés à toute implantation industrielle mais que Duhamel Logistique n’est pas la bienvenue car elle a cherché à nous imposer un site classé Seveso II seuil bas (à la limite extrême du seuil haut). La dernière tentative de s’introduire sur la zone en acceptant de fonctionner en dessous du seuil bas Seveso (mais en se préparant à monter en régime comme la loi le lui permettrait) ne nous trompe pas et nous déclarons sans la moindre ambiguïté que nous n’acceptons pas cette entreprise sur la zone des Champs Chouette.

Monsieur le Préfet nous a alors déclaré qu’il appartenait aux élus de St Aubin sur Gaillon de refuser formellement cette implantation (puisque le compromis de vente n’avait pas été signé) en le signifiant à la CCEMS. La communauté de communes :

·         qui s’est engagée dans son bulletin « Regards » n° 19 de juin 2008 à ne pas donner suite à la demande d’implantation de la société Duhamel ;

·         qui a confirmé dans son communiqué du 28 juin 2008 que la CCEMS suivra la position de la mairie de St Aubin ;

·         qui a réaffirmé dans l’Impartial du 31 juillet 2008 sous la signature de JL Recher que « dans tous les cas c’est à la commune de St Aubin de définir son choix que la Communauté de communes Eure Madrie Seine suivra comme elle l’a toujours fait » ;

·         qui a réitéré ces propos dans « EMS’ Infos » n° 6 d’août 2008

N’a plus, compte tenu du rejet formel de la base logistique Duhamel exprimé par la mairie de St Aubin, qu’à signifier à Hugues Duhamel son refus de signer la vente du terrain.  

Monsieur le Préfet attend, qu’une position claire soit enfin prise et communiquée sans plus attendre à l’entreprise. Nous exprimons le même souhait en précisant toutefois que, compte tenu des engagements de la CCEMS, ce soit un refus formel qui lui soit adressé.

Des entreprises non polluantes se feront alors un plaisir d’investir à St Aubin et, ce qui apparaît à certains comme un handicap, risque de se révéler au contraire un atout pour la promotion de la zone d’activités.

Il restera à modifier le PLU pour le mettre en conformité avec nos nouveaux objectifs.

Serge Grünberg
Protégeons Saint Aubin sur Gaillon et sa région

Repost 0
Published by Gaëtan Bazire et Evelyne Toilliez-Bernard - dans Vie municipale de St Aubin sur Gaillon
commenter cet article
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 17:53

La Dépêche du jeudi 31 juillet au mercredi 6 août 2008

En plus grand : http://idata.over-blog.com/0/29/52/91/articles-de-presse/st-aubin-002.jpg
Repost 0
Published by Génération Ecologie Normandie - dans Vie municipale de St Aubin sur Gaillon
commenter cet article
30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 18:28

Oui à Duhamel, mais sans étiquette Seveso. C'est ce que martèlent les industriels installés dans la zone des Champs-Chouettes de Saint-Aubin-sur-Gaillon depuis que le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable à l'implantation de l'entreprise de logistique. Avis favorable certes ! Mais « sous condition que la quantité de substances ou préparations dangereuses pour l'environnement, présente dans l'entrepôt, se situe sous le seuil bas Seveso ».

 

Une précision qui n'a pas suffi à rassurer et à désamorcer la polémique qui fait rage depuis plusieurs semaines.
« Mes clients s'inscrivent dans une démarche de développement durable et s'ils savent qu'une entreprise Seveso s'implante près de la nôtre, ils ne l'accepteront pas, argue William Mériel, PDG de Diffusion Plus et Data One. Ils nous obligeront à partir et nous nous replierons sur notre site d'Aix-en-Provence. J'étais le premier aux Champs-Couettes et je trouve immoral de devoir partir. On invoque la création de quinze emplois et on en laisserait partir cent cinquante. »


Chez Alland et Robert, qui fabrique des gommes et résines naturelles, la vigilance est de mise. « Si l'avis du préfet était favorable au classement Seveso, nous engagerions une procédure au tribunal administratif. L'implantation d'une entreprise de ce type sur ce site est illogique. Nos clients, des grands groupes agroalimentaires comme Nestlé ou Coca-Cola sont très sensibles à la sécurité. Ils n'accepteraient pas un tel environnement », explique Patrice Valleye, directeur des unités de Saint-Aubin et de Port-Mort.


« En cas d'incident sur un site Seveso, une procédure est déclenchée : périmètre de sécurité, évacuation…, énumère Denis Laville, chef du département « Viabilité » à la Société des autoroutes Paris-Normandie. Tous nos services d'intervention, pour le tronçon de l'A13 entre Mantes et Criquebeuf, sont concentrés à côté des Champs-Chouettes. En cas d'incident, ils seraient neutralisés. Nous n'aurions plus aucun moyen de transmission. »


Tout le monde est donc d'accord pour que, si Duhamel s'installe, il révise à la baisse les quantités stockées afin de passer en deça du seuil Seveso.

Une démarche que l'industriel annonçait avoir engagée, début juillet. Reste à attendre l'avis du préfet qui devrait être communiqué dans les trois mois.

Paris Normandie du 30/07/2008
Frederique Thullier
« Nos clients n'accepteront pas la proximité d'un site Seveso »
http://www.paris-normandie.fr/index.php/cms/13/article/31080/

Repost 0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 17:26

Réunion du Conseil Municipal de Saint Aubin sur Gaillon

 

Jeudi 31 juillet à 20h à la Mairie

Repost 0
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 11:51
Monsieur Jean-Louis Borloo a le texte ci-joint (le jeudi 24 juillet).

Au courant du mois d'avril 2008, une enquête publique était annoncée aux citoyens de St Aubin sur Gaillon par le biais de la gazette du village. Elle a donné lieu, de façon concommitante, à l'affichage légal sur les panneaux de la commune ainsi que sur ceux de quatre autres communes concernées.
Il s'agissait d'informer la population qu'une base logistique SEVESO II seuil bas avait demandé l'autorisation du Préfet de l'Eure pour s'installer sur la zone d'activités des Champs Chouette de Saint Aubin sur Gaillon.
Les habitants n'ont pas réagi dans un premier temps car ils n'avaient pas remarqué l'entrefilet de la Gazette de St Aubin et, n'avaient prêté aucune attention à l'affichage sur les panneaux.
Certains habitants, plus curieux, s'étaient déplacés pour rencontrer le commissaire enquêteur ét prendre connaissance du dossier. D'emblée il leur a semblé étrange que le commissaire enquêteur ne pouvait répondre à des questions précises concernant les produits concernés par le stockage. Ni aux questions relatives au calcul - miraculeux- permettant à l'entreprise d'échapper à la classification SEVESO II seuil haut et de se raccrocher au seuil bas.... En effet, il fallait que la somme des coefficients de l'entreprise (combinaison des tonnages et de la dangerosité des produits) soit inférieure à 1. Duhamel atteignait 0.998 !! (faut il cinq décimales comme pour l'Euro ?)
Autrement dit: Duhamel avait "bricolé" les tonnages pour se situer en dessous de la classification qui lui aurait valu des contrôles très sévères. Celà n'a trompé personne car chacun sait que la Drire annonce ses contrôles éventuels et permet ainsi à l'industriel de se mettre en conformité pour l'occasion (et, ensuite, reprendre son activité sans contraintes).
L'étude d'impact ne portait que sur les "produits connus à ce jour" et n'a donc pas de valeur lorsque l'on ne peut soumettre à exament tous les produits susceptibles de réagir les uns sur les autres....
La mobilisation de la population s'est ensuite effectuée rapidement et puissamment.
 
Les lettres s'opposant au projet (et particulièrement les récusations techniques du projet apportées par l'association "Defense de l'Environnement" n'ont, cependant,  fait l'objet d'aucun commentaire du commissaire enquêteur: elles ont été purement et simplement passées sous silence! De même, les récusations contenues dans la lettre type des habitants dont un élément essentiel a été "caviardé" par Monsieur Merlo: l'atteinte au patrimoine des habitants que représenterait l'apparition d'une entreprise Seveso II sur le territoire de leur commune et qui était attestée par les agents immobiliers voisins!
 
Mais la cerise sur le gateau a été l'omission par Monsieur Merlo de l'opposition absolue des industriels exerçant actuellement leurs activités sur la zone et qui ont déclaré que leurs chartes d'environnement et leurs engagements vis a vis de leurs clientsne leur permettait pas d'accepter ce voisinage. Pas un mot pour dire que Monsieur Meriel, PDG de Data One et de Diffusion plus allait délocaliser à Aix en Provence son entreprise si Duhamel s'installait sur la zone! Pas un mot pour parler du refus de ce voisinage par le PDG d'Alland et Robert ni de celui de la SAPN ni des autres!...
 
A ce niveau d'omission comment ne pas parler de connivence ? Pourquoi le rapport de Monsieur Mrlo ne parle pas des articles de presse parus dans l'Impartial du 8 mai, du 15 mai, du 29 mai ? De l'article de Paris Normandie du 29 mai ? Evidemment la cause de Monsieur Duhamel en serait sortie très abîmée.....
 
Il faut savoir que la vigoureuse opposition de la population qui s'était très fortement mobilisée a conduit à tenir une réunion d'information le 22 mai dans la salle des fêtes de St Aubin avec la présence de Monsieur Recher (Président de la communauté de communes Eure Madrie Seine), des 5 maires concernés par l'enquête, des représentants de la DRIRE, et de l'industriel. La salle était pleine et l'assistance (bien informée par la presse, la radio et deux blogs), n'a pas laissé de répit à Monsieur Duhamel qui a été prié de s'installer ailleurs.
 
- Monsieur Recher, faisant une volte face à 180° a alors annoncé qu'il demandait à Duhamel d'aller ailleurs....
- Les cinq communes, à une majorité écrasante, se sont déclarées contre le projet et ont émis des lettres en ce sens.
 - La population s'est prononcée de façon massive contre l'implantation de la base logistique Seveso II de Duhamel,
- La communauté de commune, dans son bulletin n° 19 de juin s'est engagée à ne pas accepter Duhamel "même si l'enquête publique lui était favorable !
 
Et puis.... et puis... coup de tonnerre dans un ciel bleu en plein dans la période des vacances !
 
Dans un article paru dans Paris Normandie du 21 juillet, nous apprenons que le rapport du commissaire enquêteur était favorable à Duhamel et que Monsieur Recher, dans son interview disait, fort des promesses de Monsieur Duhamel, que celui ci s'engageait à réduire ses tonnages, à transférer ses produits les plus dangereux au Havre et que, dans ces conditions: "Bienvenue Monsieur Duhamel !"
 C'est un vrai festival de retournements de veste ! expliqué par Monsieur Recher par sa crainte des participants à la réunion publique et par sa volonté de tout miser sur l'activité industrielle.....
 
Et voilà.... Monsieur Merlo, commissaire enquêteur, paraphrasant La Palice dit dans son rapport que, sauf accident grave, l'activité normale de Duhamel ne serait pas polluante... Mieux vaut en rire non ?...
Ajoutons pour être complets sur la prestation "impartiale" de l'enquêteur qu'à chaque fois qu'il en a eu l'occasion (et devant témoins) il a tenu des propos rassurants à ceux qui venaient consulter le dossier.Je finirai ce récapitulatif en relevant que le commissaire enquêteur (propos réutilisés par Monsieur Recher) recommande à Monsieur Duhamel de se situer en dessous du seuil bas SEVESO II . Il néglige, de ce fait le code de l'environnement qui dit qu'à partir du moment ou un établissement comporte plusieurs installations classées dont l'une est soumise à autorisation (ce qui est le cas de Duhamel dont touts les installations sont classées), le principe de connexité amène à considérer que l'ensemble est soumis à autorisation.
 
 
Autrement dit: si Duhamel reçoit l'autorisation qu'il sollicite du Préfet, cela lui permet d'avoir l'agrément pour un site Seveso II seuil bas sur notre zone et, quelque puissent être les promesses qu'on lui demande de faire pour "faire passer la pilule" aux naïfs, il obtendrait le droit d'agir dans le cadre de ce classement. ET IL NE S'EN PRIVERA PAS !!
Que deviendrait alors l'objectif de la mairie de St Aubin qui se bat pour faire modifier le PLU afin que nulle société SEVESO II ne puisse s'y établir ?....
 
Voici des URL pour prendre connaissance des points clés du dossier:
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Génération Ecologie Normandie - dans Vie municipale de St Aubin sur Gaillon
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 00:01

  Protégeons Saint Aubin sur Gaillon

 

 

Le rapport du commissaire enquêteur est favorable à Duhamel !

 

L’enquête dit « Non »

mais l’enquêteur dit « Oui » …

 

M. Jean-Luc Recher, président de la Communauté de Communes Eure–Madrie-Seine retourne sa veste et dit « Bienvenue à Duhamel » sur la base de promesses qui n’engagent que ceux qui les croient…

 

Notre dernier espoir est dans la décision du Préfet.

 

Sachez que Recher vous ment en vous promettant un site « propre ». Duhamel créera bien un établissement labellisé SEVESO II qui restera accroché à l’image de la commune et qui portera atteinte à votre patrimoine.

 

 

Restons tous mobilisés

et soyons prêts à agir !

 

 

Toutes les informations avec :

 

Serge GRUNBERG : Email : serge.grunberg@wanadoo.fr

Gaëtan BAZIRE : 06.13.56.63.57 – Blog : www.ge-normandie.com

Repost 0
Published by Génération Ecologie Normandie - dans Vie municipale de St Aubin sur Gaillon
commenter cet article
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 22:44
Repost 0
Published by Gaëtan Bazire et Evelyne Bernard - dans Vie municipale de St Aubin sur Gaillon
commenter cet article
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 12:24
 

Réaction sur France Bleu Haute-Normandie de Génération Ecologie Normandie et de l'association "Protégeons St Aubin/Gaillon", aujourd'hui ou demain, après l'avis favorable du Commissaire Enquêteur sur l'implantation d'un entrepôt Seveso à Saint Aubin sur Gaillon.

  

Repost 0
Published by Gaëtan Bazire et Evelyne Bernard - dans Vie municipale de St Aubin sur Gaillon
commenter cet article
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 20:23

« L'enquête publique vient de donner raison à l'entreprise Duhamel, chargée d'entreposer des solvants et polluants divers classés Seveso. C'est dire l'émotion des habitants de la commune de Sain-Aubin-sur-Gaillon, lieu du site et plus généralement de l'ensemble des habitants de la région de Gaillon et de l'association de défense. Naturellement, les choses pourraient ne pas en rester là. "Génération Ecologie" qui prête main forte aux habitants contre ce projet va passer à l'offensive… »

 

Lire la suite sur le blog de José Alcala.

 

Et dès lundi dans Paris Normandie.

 

Repost 0
Published by Gaëtan Bazire et Evelyne Bernard - dans Vie municipale de St Aubin sur Gaillon
commenter cet article