Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 00:01

 

Les vagues de froid comme celle que l’on vient de subir favorisent les « climato-sceptiques » et les lobbies industriels producteurs ou consommateurs d’énergies fossiles.

A leur suite la plupart des citoyens pensent que ces vagues de froid indiquent un refroidissement climatique plutôt que le réchauffement annoncé. Pourtant rien n’est plus faux.

 

En effet, c’est parce que la mer au pole Nord (notamment au Groenland) est plus chaude que cette chaleur en se transmettant à l’atmosphère polaire crée des surpressions. Ces surpressions repoussent l’air froid des pôles vers le sud, donc vers l’Europe, en contournant l’anticyclone du Groenland.

 

De fait,  des masses d’air froid se déplacent par vagues vers l’Europe, le Nord de l’Asie et le centre et l’Est de l’Amérique du Nord pendant que des masses d’air chaud remontent vers le Nord dans l’Atlantique Nord et dans les Balkans. Donc si la France et la Californie grelottent sous des neiges abondantes, les habitants de la Floride jouent au tennis et les arbres de central parc (à New York) bourgeonnant en se croyant déjà au printemps.

Ces déplacements de « masses d’air » sur quelques jours sont des phénomènes météorologiques qui n’affectent pas le changement climatique lequel est mesuré sur des années, voire des décennies.

 

Au total, le dernier trimestre de 2010 aura été le plus chaud depuis que le thermomètre existe et l’année 2010 l’une des trois plus chaudes avec 1998 et 2005.

Il faut donc bien distinguer un phénomène météorologique à court terme et très localisé (la France ne constituant que 1/1000 de la surface du globe) d’un phénomène climatique global intéressant également les 999 autres parties du globe.

S’appuyer sur une vague de froid pour nier le « réchauffement climatique » est proprement « irresponsable ».

 

 

Michel Villeneuve

Porte Parole de Génération Ecologie Bouches-du-Rhône

Tel : 06 16 58 81 73

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Génération Ecologie Normandie - dans GE National
commenter cet article

commentaires