Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 10:52

Ayant décidé de représenter ses 20 présidents de région sortants, le Parti socialiste est à la traîne, pour ses têtes d'affiche, en matière de place faite aux femmes ou aux minorités visibles.


Cette fois, c'est fait ou presque. A trois mois des élections de mars, les états-majors politiques ont désigné leurs têtes d'affiche dans les 22 régions de métropole ou sont, comme Europe Ecologie, en train de les finaliser. Entre la parité, la promotion de la diversité, le nécessaire renouvellement et l'obligation de céder la place aux sortants, l'affaire a souvent viré au casse-tête. Avec, au final, des résultats mitigés. Petit comparatif limité aux têtes de liste régionales, c'est-à-dire aux candidats à la présidence des exécutif locaux.

 

Sur le même sujet

 

· Parité : le PS à la traîne. La loi impose depuis 2003 une stricte alternance entre hommes et femmes sur les listes pour les élections régionales. Le faible nombre de femmes propulsées têtes d'affiche dans les régions témoigne du chemin qui reste à parcourir en matière de parité. Ayant décidé de laisser rempiler ses 20 présidents sortants, le PS est tout particulièrement à la traîne avec deux femmes seulement : Ségolène Royal, en Poitou-Charentes, et Marie-Guite Dufay, en Franche-Comté (laquelle a pris la tête de la région à la mort de Raymond Forni en 2008). La majorité fait mieux avec six femmes sur 22 têtes de liste, soit quatre de plus qu'en 2004. Le Modem comptera « 6 ou 7 femmes », dont Danielle Jeanne, en  Haute-Normandie, et Cécile Gallien, en Auvergne. Le FN en présente sept. Europe Ecologie avoue ne « pas avoir réussi » la parité, avec « 5  femmes fermes et 2 autres possibles ». Et promet, comme le parti centriste, la parité sur les têtes de liste départementales.


· Diversité : le grand vide. Si la parité est à la traîne, la diversité est, elle, encore un voeu pieu. Comme le Front national, ni le PS ni l'UMP n'affichent le moindre candidat dit « de la diversité » pour briguer la présidence d'une région de France métropolitaine. Soucieux de ne pas donner une image trop rétrograde, le Parti socialiste met en exergue les minorités visibles dans ses listes départementales (Abdelhak Kachouri en Seine-Saint-Denis, Ali Soumaré dans le Val-d'Oise, etc.). Quant à la majorité, elle pousse Rama Yade, numéro deux dans les Hauts-de-Seine, et promet des « candidats issus de la diversité en position éligible, même en cas de défaite ».Europe Ecologie ne fait pas mieux. Le Modem, lui, peut se targuer de distancer de très loin ses concurrents, avec deux têtes de liste issues de la diversité : l'ancien ministre de l'Egalité des chances Azouz Begag, en Rhône-Alpes, et Alain Dolium, en Ile-de-France.


· Renouvellement : le pari du Modem. Tous ses présidents de région sortants se représentant, le PS n'est, là encore, pas à la fête. La majorité, elle, ne s'en sort pas si mal. Seules 3 têtes de liste UMP aux régionales de 2004 briguent à nouveau la présidence de la région : Xavier Darcos en Aquitaine, Raymond Archer dans le Limousin et Camille de Rocca-Serra en Corse. Auxquels s'ajoute Valérie Létard dans le Nord-Pas-de-Calais, entre-temps passé de l'UDF au Nouveau Centre. Pour preuve, ses candidats sont en moyenne âgés de 54 ans (le plus jeune étant Christophe Béchu, 35 ans, dans les Pays de la Loire), contre 63 pour le PS. Mais ils ne sont que quatre (Raymond Archer, Caroline Cayeux en Picardie, Bernadette Malgorn en Bretagne et Ange Santini, qui préside le conseil exécutif de Corse) à ne pas déjà être au gouvernement, à l'Assemblée, au Sénat ou au Parlement européen. Pour le renouvellement le plus profond, il faut aller chercher du côté d'Europe Ecologie et plus encore de celui du Modem. Les écologistes présentent le pédagogue Philippe Meirieu en Rhône-Alpes, la magistrate Laurence Vichnievsky en Paca et le naturaliste Christian Bouchardy en Auvergne. Parmi les têtes d'affiche centristes figurent notamment un professeur d'économie, Pascal Monier, en Poitou-Charentes, l'ex-rédacteur en chef d'Europe 1 Claude Bellei en Lorraine et, en Ile-de-France, le chef d'entreprise Alain Dolium, dont c'est le baptême du feu électoral.
 

· Personnalités : un casting ministériel. L'UMP présente pas moins de huit membres du gouvernement en tête des listes régionales : Dominique Bussereau, Xavier Darcos, Alain Joyandet, Bruno Le Maire, Valérie Létard, Alain Marleix, Hervé Novelli et Valérie Pécresse. Se présentent aussi neuf députés ou sénateurs, parmi lesquels Jean-Luc Warsmann, le président de la commission des Lois de l'Assemblée, en Champagne-Ardenne, et François Sauvadet, le chef de file des députés Nouveau Centre, en Bourgogne. Avec huit anciens ministres, le PS n'est pas trop mal placé non plus. Mais, si l'on en croit un sondage LH2, Ségolène Royal et Georges Frèche (en Languedoc-Roussillon) sont les deux seuls présidents de région clairement identifiés par leurs administrés, loin devant Martin Malvy (Midi-Pyrénées) et Michel Vauzelle (Paca). Plus modeste, le Modem se contente d'Azouz Begag et du député Jean Lassalle (en Aquitaine). Le FN présente la famille Le Pen en Paca (Jean-Marie) et dans le Nord-Pas-de-Calais (Marine). Sans compter Marion, la petite-fille du leader d'extrême droite, en deuxième position dans les Yvelines. Quant à Europe Ecologie, elle mise essentiellement sur Cécile Duflot, la secrétaire nationale des Verts, rêvant qu'elle puisse ravir l'Ile-de-France au socialiste Jean-Paul Huchon. 
PIERRE-ALAIN FURBURY, Les Echos

Partager cet article

Repost 0
Published by Génération Ecologie Normandie - dans GE National
commenter cet article

commentaires