Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 10:31

« N'attendons pas que de belles décisions nous tombent sur la tête et qu'il y ait des sauveurs de la planète qui se manifestent. » C'est en substance la doctrine du PANDA que nous relaie Isabelle Autissier, présidente du WWF France.

Actu Environnement : Quels sont les dossiers qui vous occupent actuellement ?
Isabelle Autissier
: Il y a eu les discussions autour du Grenelle 2, la marée noire du Golfe du Mexique, bien que le WWF France ne soit pas en première ligne sur ce dossier. Et tout ce qui tourne autour de l'année de la biodiversité, avec la création de l'IPBES (Intergovernmental Science Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services). Et il y a le dossier de l'eau, grande oubliée du Grenelle, qui est lié à l'agriculture, sur lequel je rencontre beaucoup d'acteurs. Il y a longtemps que le WWF travaille sur la qualité de l'eau, sur les raisons des pollutions, en particulier la question agricole, qui n'a pas beaucoup avancé. Or c'est une des causes majeures de la pollution des eaux. Il se trouve que la France est en train d'affiner ses arguments pour la renégociation de la PAC. C'est l'occasion de pousser le plus fort possible pour que soit reconnue à un certain type d'agriculture la qualité de l'environnement, de la biodiversité et de la nature et que ce soit cette agriculture là qu'on favorise au détriment de celle qui consomme beaucoup de polluants et qui ne donne pas une nourriture extraordinaire. Malheureusement ce n'est pas si simple que ça. On en est encore à subventionner des exploitations agricoles qui utilisent beaucoup d'intrants et qui sont très mécanisées, par rapport à des agricultures, biologiques ou durables – qui emploient de la main d'œuvre et permettent aux gens de vivre correctement. Même dans la logique actuelle du marché, ces agricultures fonctionnent. Du point de vue des comptes, il est évident que même l'agriculture productiviste a des coûts lourds. Le WWF a d'ailleurs demandé un rapport de la Cour des comptes sur la responsabilité des pouvoirs publics et le coût supporté par les Français depuis 1980 pour ces aides dommageables à l'environnement.

AE : La trame verte a été remise en question par la commission mixte paritaire du Grenelle II. Comment réagissez-vous à cette décision ?
Isabelle Autissier
: On est extrêmement déçus ! On avait déjà vigoureusement protesté sur le fait que la trame verte n'était pas opposable localement ou régionalement. Et maintenant voilà qu'elle n'est pas opposable nationalement ! En résumé, on vous demande d'être gentil avec la nature, et puis s'il y a une autoroute à faire passer, excusez-moi M'sieursdames ! En gros, on n'a aucune compensation à envisager, on n'a pas à se poser la question de savoir s'il faut aménager des passerelles pour que les animaux puissent migrer, donc on fait comme d'habitude, et ce n'est pas la peine d'avoir inventé le concept de trame verte et bleue si c'est pour ne rien en faire. A partir du moment où cette mesure n'est plus obligatoire, elle sera laissée au bon vouloir des acteurs locaux. Or l'érosion de la biodiversité devait être stoppée en 2010, selon l'engagement de la communauté internationale, ce qui est loin d'être le cas. D'un côté on voit que les choses se dégradent, de l'autre on invente des outils pour ne pas les utiliser !

AE : Quels sont les prochains grands rendez-vous environnementaux de l'année ?
IA
: Il semblerait que la Plate-forme scientifique intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) soit sur les rails, ce qui est une bonne nouvelle, si cet organisme acquiert la même puissance que celui sur le climat. Reste à voir jusqu'où la conférence de Nagoya va pouvoir aller et quelles formes de convergence il va pouvoir y avoir entre la thématique biodiversité et la thématique climat. Par exemple, sur l'énorme influence du climat sur la biodiversité, et donc aussi sur les problèmes de nutrition, de maladie, sur les problèmes de culture. Côté climat, la négociation a un peu avancé à Bonn, sans doute en raison de la qualité des gens qui étaient autour de la table. Mais, concrètement, il ne se passe pas grand chose. Or actuellement on voit bien que l'objectif de limiter le réchauffement à 2°C ne va pas être atteint, que plus on attend, plus les choses vont être problématiques.

La suite : Ici

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Florence Breton - dans GE National
commenter cet article

commentaires