Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 09:08

Le débat actuel (important pour notre territoire et notre ville) sur le projet autoroutier de liaison A28-A13 ne doit pas occulter les résultats médiocres dans l’organisation des déplacements et du stationnement, obtenus par l’équipe municipale au travers de sa participation à la gouvernance de la communauté d’agglomération Seine-Eure.

En effet, force est de constater que les principales orientations définies dans le Plan de Déplacement Urbain de la CASE n’ont pas permis d’améliorer significativement les déplacements quotidiens des Lovériens.

Diminution du trafic automobile

Aujourd’hui ?

Comme nous, de nombreux lovériens ont vu leurs conditions de circulation et de sécurité se dégrader ces dernières années. Les temps de trajets quotidiens ont augmenté en raison d’un réseau routier inadapté au développement des flux de déplacements internes et de transits. Traverser notre ville d’Est en Ouest (4 km) peut prendre plus de 20 minutes!

D’autres, au retour de leur journée de travail ont vu se développer des bouchons aux sorties de l’autoroute A154 et aux ronds-points les jouxtant.

La dégradation de la situation de l’économie locale (fermetures d’industries et de commerces) a d’ailleurs été un facteur aggravant ces dernières années en augmentant les flux de trajets domicile-travail hors de la commune, ainsi que ceux vers les zones commerciales des agglomérations de Rouen et d’Evreux.

Et demain ?

Une évaluation continue des conséquences sur le trafic, de la mise en service des nouvelles zones résidentielles avec des bâtiments individuels et collectifs, devra être programmée.
Les conséquences sur ce même trafic après la mise en service des infrastructures intercommunales (centre aquatique, siège de la CASE,…) devra faire l’objet d’une analyse sérieuse et proposer la mise en place d’actions correctives.
Des mesures incitatives devront être votées pour favoriser des solutions alternatives comme le co-voiturage.
De nouveaux outils devront être mis en place pour attirer de nouvelles entreprises et commerces, en favorisant la consommation locale, tout en stabilisant le trafic automobile actuel.

 

Améliorer les conditions d’accessibilité de tous les usagers des différents modes de transport public

Aujourd’hui ?

Malgré une modification de la cartographie des lignes de bus et leurs cadencements, des habitants de Louviers n’ont toujours pas accès au transport en commun d’une façon régulière et fluide. Nous pouvons même affirmer que certains quartiers ne sont toujours pas desservis par une ligne de bus.

Par ailleurs, la qualité du service n’est pas toujours satisfaisante. Qui n’a pas rencontré des difficultés lors de la réservation du Villabus ou du Flexibus par manque de disponibilité des véhicules?

L’utilisation de ce service de réservation à la demande reste fastidieuse pour certaines personnes, en particulier pour nos ainés, avec pour conséquence une dépendance ou un repli sur soi.

Et demain ?

Monsieur Martin nous répète à l’envi que l’axe structurant Louviers-Val de Reuil va améliorer la situation actuelle.

Nous affirmons que ce projet pharaonique doit faire l’objet d’une nouvelle étude en redéfinissant des objectifs raisonnables et raisonnés. Louviers et son agglomération ne nécessitent ni la construction d’un boulevard dédié aux bus, ni la construction de parkings aux entrées de notre ville…Louviers n’est pas une ville de taille critique, ce type de structure est adapté pour des villes plus importantes (Rouen, Paris), mais n’est pas pertinente pour notre cité.

L’offre devra être adaptée aux attentes de tous les lovériens, des enfants, dans le cadre de leurs déplacements scolaires et extra-scolaires, aux personnes âgées afin de leur permettre de garder leur autonomie et leur vie sociale.

 

Promouvoir les circulations douces

Aujourd’hui ?

Du plan vélo de la CASE (conseil communautaire du 13 octobre 2009), 5 plans d’actions ont été définis :

  1. Encourager et sécuriser la pratique du vélo en ville (déplacements domicile‐travail et domicile‐études)
  2. Relier les pôles secondaires au pôle urbain
  3. Développer le vélo loisirs : Voie verte et véloroute
  4. Créer et favoriser le stationnement vélos
  5. Communiquer autour du vélo

 

Hormis l’aménagement réussi de la voie verte qui a concentré la majeure partie des investissements, nous constatons le manque de résultats. En effet, il n’est pas possible de se déplacer sur l’ensemble du territoire communal dans des conditions de sécurité. D’autre part, les zones de stationnement sécurisées sont absentes aux abords des bâtiments publics, des groupes scolaires. La conséquence directe est le peu d’engouement de nos concitoyens pour la pratique du vélo pour les déplacements domicile‐travail et domicile‐études.

Exemple de zone Stationnement 2 roues envisageable

Exemple de zone Stationnement 2 roues envisageable

Et demain ?

Au-delà d’éventuels aménagements programmés de pistes cyclables ou de bandes cyclables, les axes d’améliorations et de développements devront répondre à un schéma cohérent de déplacement dans notre ville.

La politique municipale, en outre, devra définir des orientations (communication, formation et éducation) volontaristes et claires pour inciter les lovériens à utiliser de façon régulière les modes de déplacements doux.

 

L’organisation du stationnement

Aujourd’hui ?

Le stationnement occupe une place essentielle dans les déplacements des lovériens. Que nous soyons automobilistes, conducteurs de deux-roues ou piétons, nous sommes tous confrontés aux défis quotidiens qui nous sont lancés : trouver une place de stationnement proche de son point de destination (l’exemple le plus flagrant est celui du samedi matin pour accéder au marché), circuler sur les trottoirs ou sur les bandes cyclables envahis par le stationnement sauvage de certains véhicules, …

Le stationnement lié aux activités économiques est également impacté par l’inadéquation de la localisation des zones de stationnement et de leur dimensionnement. Le dernier exemple en date réalisé par l’équipe municipale actuelle est le parking de 50 places rue du 11 novembre qui doit compléter celui de la place de la république (agrandi récemment et à nouveau en cours d’extension), destiné lui-même à pallier le manque de places dans le parking souterrain du nouveau bâtiment de l’îlot Thorel!

Agrandissement du Parking Place de la république

Agrandissement du Parking Place de la république

Et demain ?

Les élus devront prendre en compte l’enjeu de l’attractivité économique et touristique du centre-ville, après une large concertation avec les commerçants, les acteurs économiques et les résidents des zones concernées, en proposant une offre et une réglementation adaptée (mode de stationnement payant ou zone bleue, parking public ou privé). La politique de surveillance, dont le maire de Louviers est le garant, devra être réévaluée afin d’obtenir une régulation par le respect des conditions de stationnement.

 

L’équipe de Louviers Alternative s’engage auprès des lovériens, dans la définition et la mise en place d’une politique adaptée à sa participation dans la gestion des différentes compétences concernées de la CASE, ainsi que dans sa gestion du territoire de la ville de Louviers.

 

Didier Pape

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Louviers Alternative - dans Louviers 2014
commenter cet article

commentaires