Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 00:01

La nécessité tout d’abord, de financer la technologie commune européenne par de grands projets, complétant les initiatives de type « crédit impôt recherche » nationaux destinés en priorité aux PME.

Il est nécessaire de professionnaliser et encadrer ce genre d’initiatives qui ont connus d’importantes déboires ou retards et de les doter de moyens financiers suffisants.

Aujourd’hui, la seule initiative du genre est le « programme Galiléo » d’autonomie en matière de navigation satellite lancé en 2001. Les quatre premiers satellites de la constellation seront testés à partir de 2011 et seront opérationnels en 2014.

Galiléo la catastrophe, tant financière avec un coût estimé a 3,4 milliards d’euros pour un rendu de 6,4 sans les frais d’exploitation selon les chiffres avancés par Jacques Barrot.

Galiléo, la périlleuse politiquement avec des recours financiers de dernières minutes auprès de pays tel que le Maroc, l’Inde, Israël ou la Chine. Un risque accru pour la « vente » d’une technologie aussi cruciale en matière militaire.

Mais Galiléo a le mérite d’être la première ambition de la commission européenne, qui a le devoir de se doter d’un pôle autofinancé par l’impôt et d’une organisation autonome complètement dédié au développement technologique de l’Union. En cela les deux modèles sont les États Unis et dans une moindre mesure la Chine qui usent de contrats publics de recherche et de développement.

De nombreux secteurs d’activité peuvent ainsi concourir à ces « pôles de projets européens inter-entreprises à participation publique ». Les énergies d’avenir, non polluantes, la santé, l’aéronautique ou même l’espace peuvent être des pistes d’ambition.

Mais la collecte de cet impôt est une tout autre question. Certains Auteurs comme Pierre Larrouturou dénoncent la baisse des impôts sur les bénéfices d’un tiers en 20 ans en Europe par concurrence et dumping. Elle atteint donc une moyenne de 25% des bénéfices contre 40% aux états Unis (étude KPMG, publiée dans le Monde) pour se doter de moyens de redistribution entre les états.

Évidemment, une mise en corrélation des niveaux d’imposition avec les USA ne seraient pas envisageable chaque états de leurs côtés, mais l’initiative collective peut y ressembler ou y tendre dans une moindre mesure. C’était tout l’objet d’un Billet dans le Monde en 2005 ( Pelloux, Pelletier, Rousset, Lebreton, Larrouturou), dont l’avis a été partagé par Messieurs Rocard ou Balladur à diverses occasions;

Les possibilités sont diverses et les négociations peuvent être rudes, mais pourquoi pas dans le même temps réévaluer les contributions nationales au budget communautaire après un tel effort.

Une telle ambition, l’Union Européenne, ne doit pas être seulement technocratique mais, doit se donner les moyens de ses ambitions économiques mondiales, de même que sociales, mais ceci sera l’objet d’un futur billet …

Fabien Carles : http://lavenirjeune.hautetfort.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by L'Avenir Jeune - dans L'avenir Jeune
commenter cet article

commentaires