Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 10:04
Mails, vidéos, échange de fichiers... A la fin de l’été 1969, entre l’alunissage d’Apollo 11 et le 1000e but de Pelé, la préoccupation de l’équipe scientifique de Leonard Kleinrock, professeur à l’université de Californie à Los Angeles, était légèrement différente des usages que l’on fait aujourd’hui d’Internet. Il y a quarante ans, son équipe était en train de fabriquer son ancêtre, Arpanet.

Quand « LO » baptise le net

À l’époque, leur modem s’appelle l’IMP (Interface Message Pocessor) et occupe autant de place qu’un gros réfrigérateur. Il n’en existe que quatre au monde : un à l’Université de Californie à Los Angeles où Leonard Kleinrock réalise ses expériences, un autre à l’Institut de Recherche de Stanford et les deux derniers dans les universités de Santa Barbara et de l’Utah. Les fonds qui financent les recherches proviennent de l’Arpa, organisation américaine du département de la défense dont la création remonte à 1958, au moment où les États-Unis et la Russie se sont engagés dans une course à la technologie.

Le 29 octobre à 22h30, c’est entre les deux premiers IMP de Los Angeles et de Stanford que Charley Kline, étudiant en programmation supervisé par Leonard Kleinrock, parvient à faire circuler deux lettres : « LO ». Contrairement aux apparences, ce tout premier message n’est pas un code secret. Il s’agit simplement du premier plantage de connexion de l’histoire, qui l’empêche de transmettre le mot dans son intégralité : « LOGIN ». Sa deuxième tentative est la bonne. Moins d’un mois après cette expérience, une connexion permanente est établie entre les deux bouts. Et le 5 décembre, les quatre IMP sont tous connectés.

Des paquets aux données

Il était déjà possible alors de relier plusieurs ordinateurs entre eux par le téléphone. Mais le faible débit et les besoins en infrastructure (il fallait connecter tous les ordinateurs entre eux) ne permettaient pas de développer ces connexions. Arpanet était en revanche le lieu d’expérimentation d’une technique qui fonde l’Internet actuel : la transmission de paquets.

Ce concept, qui doit son existence aux travaux du physicien britannique Donald Davies, décrit comment une donnée peut être fragmentée en paquets à envoyer sur le réseau puis à ré-assembler à leur point d’arrivée. A l’aide d’algorithmes placés sur les routeurs (nœuds du réseau), ce mode de fonctionnement permet d’optimiser la transmission des données entre deux ordinateurs — par exemple en leur faisant emprunter un chemin différent si un segment du réseau est bouché.

La démocratisation du web

En 1981, seuls 213 ordinateurs sont connectés au réseau alors que la technologie de l’e-mail existe depuis 10 ans. Les années suivantes, pour des raisons techniques de limitation du réseau, l’Arpanet est progressivement abandonné au profit des protocoles (TCP/IP) inventés par Vinton Gray Cerf, scientifique américain que l’on décrit comme le père de l’Internet actuel. Il est connu notamment pour avoir lancé le premier service commercial d’e-mail en 1983, MCI Mail.

L’année suivante marque une étape très importante : la création du Domain Name System (DNS). Ce système permet de traduire une adresse IP en mots et de se rendre sur un site Internet en tapant « www.ecrans.fr » au lieu de « 91.121.169.199:80 » dans la barre d’adresse du navigateur. Tous les ans à partir de 1987, le nombre d’ordinateurs connectés va grossir très rapidement. Il atteint les 2 millions quand le premier navigateur Internet capable d’afficher des images, Mosaïc, apparait en 1993. Cela lance les fondations de l’Internet moderne. Les cybercafés, eBay, Hotmail, Craigslist, Google, Wikipédia, Myspace, Facebook...


Aujourd'hui le nombre d’internautes avoisine 1,7 milliard et le « LO » du début semble désormais très loin. (Source Libé.fr)

Partager cet article

Repost 0
Published by Génération Ecologie Normandie - dans GE National
commenter cet article

commentaires