Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 05:10
Depuis 2006, les anti-THT de la Manche demandent qu'une étude épidémiologique d'impact sur la santé d'une ligne à très haute tension, soit menée. Sans résultat... jusqu'à hier.

Le tribunal de Coutances (Manche) a ordonné hier, au préfet de diligenter l'étude épidémiologique réclamée depuis 2006 par les anti-THT. « Le tribunal ne nous donne ni raison ni tort ». C'est la première déclaration de Jean-Claude Bossard, le maire du Chefresne, après avoir pris connaissance de la décision du tribunal de Coutances, hier.

« Pas raison, parce que le tribunal considère qu'il n'y a pas de voie de fait (une illégalité de l'administration, portant atteinte à une liberté fondamentale ou à un droit de propriété, NDLR), puisqu'il n'existe pas de délai pour diligenter une étude épidémiologique. Mais il ne nous donne pas tort non plus, car il demande au préfet de la Manche, d'en faire faire une. »

Une étude que les anti-THT réclament depuis 2006. Et la raison pour laquelle six communes et deux associations anti-THT ont donc attaqué, en juin, le préfet auprès du juge des référés du tribunal de Coutances. Selon elles, la THT, la ligne à très haute tension, ne respecte pas la charte sur l'environnement, de 2004. Cette charte établit la liberté de vivre dans un environnement sain et définit le principe de précaution.

« Il va falloir que nous nous réunissions, mais il est plus que probable, que nous allons mettre en demeure le préfet d'appliquer la décision du tribunal », précise Jean-Claude Bossard. Avant d'ajouter que du coup, le projet de la THT dans la Manche risque de prendre du retard, « car une étude épidémiologique demande trois ou quatre ans. » La préfecture de la Manche, de son côté, n'a pas souhaité s'exprimer, hier. Elle prévoit de communiquer dans la journée.
Source Ouest-France 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gaëtan Bazire - dans GE Normandie
commenter cet article

commentaires