Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 09:43
Les centrales nucléaires de Paluel (Seine-Maritime) et de Flamanville (Manche), le chantier de construction du réacteur EPR à Flamanville et les huit centresde radiothérapie, sont les trois familles d’installations nucléaires dans lesquelles « des efforts » restent à faire en matière d’organisation et de rigueur d’exploitation, indique l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans le bilan d’activité 2008 de sa division de Caen pour l’ensemble de la Normandie.

En Normandie, l’ASN doit contrôler la sûreté de trois centrales nucléaires (six réacteurs en activité, un septième de type EPR en construction), le centre de retraitement Areva à La Hague, le centre de stockage ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) dans la Manche, le grand accélérateur d’ions lourds (GANIL) à Caen ainsi que les activités du nucléaire dit « de proximité » à vocation médicale ou industrielle.

Ce paysage nucléaire normand présente un niveau de sûreté « satisfaisant » rassure Thomas Houdré, chef de la division de Caen tout en relevant des « efforts à faire dans les domaines de la rigueur d’exploitation et de la maintenance ». C’est le cas à Flamanville et Paluel, la centrale seinomarine où s’est produit en 2008 un incident rendu public à l’époque par l’ASN, à savoir « une opération de configuration d’une vanne mal réalisée ».

Au-delà de l’erreur initiale c’est l’absence de vérification lors des contrôles mensuels pendant quatre mois qui est visée. Les contrôleurs de l’ASN rappellent l’impérative« attitude interrogative » des agents. « Notre politique l‘amélioration continue est fondée sur des éléments que l’on pourrait qualifier de mineur. L’analyse des écarts est le moteur de l’amélioration continue », explique le chef de la division ASN de Caen.

En résumé, il n’y a pas de “petits“ incidents. Flamanville est rangée dans la même catégorie des centrales EDF un peu en dessous de la moyenne qui doivent « en priorité » améliorer « le suivi des prestataires et la prise en compte des facteurs organisationnels et humains ».

La centrale de Penly se situe dans la bonne moyenne. « Ses performances rejoignent globalement l’appréciation générale des performances que l’ASN porte sur EDF » indique Thomas Houdré qui délivre même un satisfecit à la centrale pour le « pilotage de la performance humaine ».

La construction du réacteur EPR à Flamanville – du type de celui que l’Etat souhaite réaliser à Penly -, est en revanche dans le collimateur de l’ASN. Opérations de bétonnage suspendues, difficultés de soudures… L’ASN a dû demandé à EDF et Areva d’interrompre le chantier pour ne donner l’autorisation qu’après 23 jours d’arrêt. L’ASN estime que la sûreté est « prise en compte au sein du management » mais dit avoir relevé plusieurs écarts « quirévèlent des difficultés dans l’application du référentiel documentaire d’EDF sur le chantier et un manque de rigueur dans la réalisation et le contrôle des activités de construction et de fabrication »..

Dans le champ du nucléaire dit de proximité, le contrôle des centres de radiothérapie a pris une part croissante de l’activité de l’ASN, particulièrement après les accidents révélés au centre hospitalier d’Epinal (2004 et 2005) et à l’hôpital Rangueil de Toulouse (2006 et 2007) et « les faiblesses organisationnelles détectées en inspection dans certains centres ». Les sites normands ont « progressé » depuis 2007, remarque Thomas Houdré notamment par la
mise en oeuvre de « démarches de progrès ». Mais elles sont freinées un « manque d’effectifs touchant notamment la radiophysique médicale » malgré des renforts dans certains centres. Ce problème n’est pas l’apanage de la radiothérapie en milieu hospitalier.

Etienne Banzet

Partager cet article

Repost 0
Published by Génération Ecologie Normandie - dans GE Normandie
commenter cet article

commentaires