Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter + Instagram

Je ne suis pas sur Facebook. 

Je suis que sur Twitter et Instagram.

Recherche

Gaëtan BAZIRE
255367 3845382366394 1781904245 n-

Élu de Louviers en charge des personnes en situation

de handicap, membre du C.C.A.S, du S.I.C.L.E,

du Conseil des aînés, du Conseil de la vie sociale, ...

 

Twitter :  

@GaetanBazire

@UnioncitoyenneL

Facebook : 

Union citoyenne de Louviers

Louviers Alternative

Instagram : 

bazireofficiel

 

 

11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 14:21

Enquête publique pour l’extension de la production de pesticides de SYNGENTA :

La Mairie de Saint Aubin sur Gaillon vient d’adresser à chaque foyer une copie de l’arrêté préfectoral annonçant une enquête publique, prévue du 16 mai au 16 juin 2009, relative à une demande d’accroissement de la production de pesticides de la société Syngenta, implantée à Saint Pierre la Garenne, classée Seveso II, et dont le PPRT touche onze communes dont la nôtre.

Je salue cette démarche de notre maire qui permet à chaque famille d’être informé directement, à domicile, au lieu d’avoir à aller consulter les panneaux d’affichages communaux. Nous savons bien que peu de citoyens le font et que c’est une façon assez commode, pour les porteurs de projets et les autorités complaisantes, de « faire passer » les dossiers difficiles sans trop encourir de risques…. Je ne peux qu’espérer que les maires des dix autres communes concernées entreprennent la même action auprès de leurs populations respectives.

Je remarque, avec soulagement que, contrairement à l’enquête publique Duhamel l’an dernier,  le commissaire enquêteur a prévu trois samedi pour recevoir le public en mairie de Saint Pierre la Garenne. Cela devrait permettre à ceux qui travaillent de pouvoir participer à l’enquête si l’information leur est bien parvenue comme je le signale ci-dessus. Je déplore toutefois que le commissaire enquêteur n’ait pas appliqué le décret 85-453 du 23/04/85 modifié art.15 qui, non obligatoire, stipule, cependant, que « pendant la durée de l’enquête, les appréciations, suggestions, et contre propositions du public peuvent être consignés sur le registre d’enquête tenu à leur disposition dans chaque lieu où est déposé un dossier ». Autrement dit : un dossier aurait pu être mis à disposition du public dans chaque mairie concernée au lieu d’obliger tout le monde à se rendre à St Pierre la Garenne, ce qui, inévitablement, en éliminera un certain nombre.

J’exhorte chacun  à  se sentir concerné par une extension d’une production de pesticides à proximité de son lieu de vie et d’être attentif à toutes les informations qui seront mises bientôt à sa disposition à ce sujet. Je demande, enfin, que soit prévue, d’emblée,  une réunion d’information pour que les citoyens puissent s’exprimer et poser leurs questions à l’industriel ainsi qu’aux autorités.

Les risques d’un tel développement de production dans le contexte actuel :

Le contexte économique global, et local, est particulièrement préoccupant. Deux entreprises SEVESO II ont engagés des plans sociaux : Avebene Ashland et Nupharm.  Un moratoire, demandé par le président de la CCEMS à la préfecture de l’Eure, au nom de la sauvegarde de l’emploi (pour combien de temps ?), a été accordé à l’entreprise et va la dispenser de réaliser, avant fin 2010,  les travaux que la loi l’obligeait d’engager pour protéger les populations et l’environnement.

Je ne polémiquerai pas sur ce sujet mais je ferai remarquer que les engagements des industriels,  lorsqu’ils entendent s’implanter ou se développer, ne font que s’inscrire dans le cadre des lois. Ils ne font rien de plus que s’y conformer. On s’appuie donc sur celles-ci, et sur un arsenal de mesures de sécurité prises et contrôlées  pour les rendre tolérables. Cela signifie que les populations sont en droit de s’attendre au respect, et c’est le minimum,  des dispositions devant assurer leur santé et la préservation de leur environnement. Tout moratoire, quelque puisse en être le motif, et qu’on le veuille ou non, est une entorse aux engagements pris envers les populations concernées.

Il était donc à craindre, et c’est maintenant chose faite, que le précédent du moratoire Alphacan suscite des convoitises chez d’autres : « pourquoi pas moi ? » se disent certains et ils le font savoir avec cynisme. Qu’on en juge : Monsieur Yann Lagadeuc, directeur de l’usine  Syngenta, déplorait dans l’Impartial du 30 avril 2009 que beaucoup d’investissements étaient dus aux contraintes réglementaires liés aux sites Seveso et précisait : « …. Je souhaite que les services de l’Etat appliquent en 2009 et 2010 un moratoire sur les nouvelles règlementations ….ceci bien sûr sans compromettre en aucune manière la prévention des risques et dangers inhérents à nos activité »

Cela ne vous rappelle rien ?.... et comment ne nuit on pas en prévoyant de s’affranchi des règles de sécurité ?

Nous verrons dans le dossier d’enquête le nombre d’emplois que devrait générer le développement attendu des productions pesticides, mais beaucoup risquent d’être déçus….. N’oublions pas que les promesses n’engagent que ceux qui les croient.

Lorsque l’on s’appelle Syngenta, l’un des plus grands fabricants de pesticides d’Europe, il ne faut pas manquer d’aplomb (ou  avoir reçu des assurances…) pour demander un moratoire sur les règlementations en jouant sur le chantage à l’emploi ! Et ceci quelques jours avant la tenue de l’enquête publique qui, s’appuyant sur des textes que l’entreprise annonce clairement ne pas vouloir respecter, entend rassurer les citoyens sur la sécurité des installations !   De tout ceci nous en reparlerons un peu plus tard et en détail.

Dernier point : Le président de la communauté de communes Eure Madrie Seine qui participait à Bouafles à la réunion publique du 26 mars 2009 des opposants au projet VBC 3000 (entreprise se proposant de valoriser les boues de stations d’épuration) a appelé, à cette occasion, les habitants à se « rassembler en collectif »pour mieux se défendre. Nous espérons, par conséquent, qu’il fera preuve d’autant de volontarisme pour se tenir aux côtés des citoyens menacés et, même, puisque sa commune est touchée par le  PPRT de Syngenta, de s’inscrire ainsi que ses collègues de la CCEMS, au collectif qui ne manquera pas de voir le jour.


Serge 
Grünberg 

Sur son blog :  http://blogsperso.orange.fr/web/jsp/blog.jsp?blogID=534473

Partager cet article

Repost 0
Published by Gaëtan Bazire et Florence Breton - dans Vie municipale de St Aubin sur Gaillon
commenter cet article

commentaires